EnCorpsEnSemble est un festival des arts du corps performatif et de danse qui aura lieu au Jardin Botanique Alpin de Meyrin. Lieu improbable au cœur de la ville de Meyrin, cette oasis de verdure deviendra le temps d’une journée un endroit d’exploration corporelle.

Au programme, des performances nationales et internationales, ainsi qu’une présentation publique du travail réalisé avec un groupe d’enfants durant une semaine d’atelier. Atelier dirigé par l’artiste meyrinoise Sara Mc Laren, anthropologue et titulaire d’un Master en "Art dans l’espace public". En outre, le public se verra proposer une performance in-situ dans le jardin par un.e artiste ou une compagnie suisse, sélectionné.e lors d’un récent appel à projet.

Genève est connue à travers son statut de Ville internationale... Meyrin l’est d’autant plus avec la présence de ces 140 nationalités différentes, en provenance des cinq continents. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce festival proposera lors de chacune de ses futures éditions un échange avec un autre festival international invité, en lui proposant un commissariat partagé. Ceci permettra d’élargir le champ de vision artistique et de favoriser la transversalité des échanges culturels. C’est l’Espagne qui sera à l’honneur cette année grâce à la collaboration des membres fondateurs du Festival corpo(a)terra en Galice.

Rendez-vous le vendredi 31 juillet dès 17h, avec des performances en équilibre, en mouvement, en lecture, en déplacement, afin de découvrir le jardin botanique alpin de Meyrin sous un autre regard et comme vous ne l’avez jamais vu auparavant, à travers les arts vivants.

Couché.e.s dans l’herbe, assis.e.s à l’ombre d’un arbre, en famille ou entre ami.e.s,  laissez-vous emporter dans le monde des sensations et de l’imaginaire offert par l’ensemble des artistes de dimension nationale ou internationale, qui présenteront des performances de courte durée (15-30 minutes).

PROGRAMME 2020
PROGRAMME JOURNÉE PERFORMANCE 31 JUILLET

 17h - 19h30 > Installation vidéo-danse par Cédric Muller
Durée 2h30 | Tous publics | Participatif, danse, technologie (CH)

Développeur autodidacte, passionné par l’aléatoire et la contemplation, Cédric Muller articule ses oeuvres autour de la thématique des rêves en mouvement. Il a contribué à des installations pour des galeries d’art, des sociétés multinationales, ou des performances scéniques, parfois pour son propre plaisir. Son installation mêle ici danse et technologie, en proposant une expérience interactive entre le réel et le virtuel. Vous dansez et une caméra capte vos mouvements afin de les décomposer et de les recomposer en temps réel. Un par un (ou en binôme), vous pourrez entrer dans le châlet du Jardin botanique alpin spécialement aménagé afin de réaliser des visuels pour l’affiche de l’édition 2021 du Festival EnCorpsEnsemble. Repartez avec votre cliché et participez au vote pour désigner le visuel de notre prochaine affiche.

17h30 > « Jeu de rôles » par le collectif EmT EmQ
Durée 20 minutes | Tous publics | Danse, musique live (ES / CH)

Quatre personnes, Emilie Cupelin, Timéa Lador, Emma Harder et Quentin Heizmann, issues des milieux de la danse et de la musique se retrouvent dans un espace en commun. Il et elles ont l’habitude de chanter, de danser, de tester des sons, de se balader, de se baigner, de manger ensemble. Leur recherche artistique est toujours présente lors de ces activités de leur quotidien et elles alimentent leur travail. « Jeu de rôles » est axé autour de l’incarnation ou non, concrète ou abstraite, de la masse corporelle. Nous nous questionnons sur les frontières entre le geste performatif et sa pratique et mettons en relation ces deux concepts. Nous avons aussi décidé d’intégrer un musicien qui jouera en live, apportant non seulement une dimension sonore à la pièce mais également sa propre présence en tant que masse corporelle sur scène, au même titre que nos propres corps dansants. Le jeu d’allers et retours entre ces différentes fonctions, états, présences et rôles est en quelque sorte l’objet de notre travail.

18h30 > « Ex Vivo » par la Cie BUDGE
Chorégraphie de Pascal Neyron, lauréat de l’appel à projet EnCorpsEnsemble 2020 (CH)

Durée 20 à 30 minutes | Tous publics | Danse (CH)
Ex Vivo est la seconde création du chorégraphe Pascal Neyron, qui allie à nouveau danse et technologie, afin cette fois de confronter les analogies entre robot et Humain, entre courant électrique et biomécanique. La frontière sera d’autant plus ténue que les corps, eux-mêmes, pourront être
déviés de leur trajectoire chorégraphique par des impulsions électriques. Comme l’écrivait déjà en 1999 l’anghropologue et sociologue français
David Le Breton dans son essai L’Adieu au corps (Editions Métailié), « l’extrême contemporain condamne le corps, si peu à la hauteur des avancées technologiques de ces dernières décennies, un corps surnuméraire qu’il faudrait supprimer...» Nous sommes parvenus à un monde où l’être humain considère son corps comme inutile, encombrant et obsolète car trop peu rentable comparé à la machine. Avec Ex Vivo, Pascal Neyron souhaite mettre en perspective cette machine biologique qu’est le corps humain avec cette autre machine en devenir qu’est le corps cybernétique. Mais, dans un monde où le corps reste notre carte de visite sociale, la pièce se veut aussi une critique du corps fantasmé, idéal et parfait. Ex vivo s’inscrit notamment en réponse aux chimères issues des nouveaux stéréotypes numériques (Photoshop, Snapchat, Instagram) de femmes et d’hommes esthétiquement « parfaits ». Alizée Sourbé et Louis Bourel Germain forment le duo de danseurs de cette nouvelle création.

 

18h-20h30 > Installation par Macaco Press
Durée 2h30 | Tous publics | Installation, publication (CH)

Le projet collectif MACACO PRESS se conçoit comme une identité qui n’est pas fixe mais en devenir, une évolution constante et changeante qui reflète notre vision sur le champ de la pratique artistique. Parfois MACACO ce sont des travailleurs illégaux, des étrangers, des performances éphémères, du matériel imprimé, un dog dealer. Parfois MACACO ce sont d’autres artistes, des enseignant.e.s., des drapeaux, une infiltration, un selfie, une association. Parfois MACACO c’est aussi une déclaration politique, une pratique déviante, une blague, et parfois c’est de l’art. La raison de cette mutation est simple, MACACO Press est une revendication de création multiple et mobile pour ouvrir des espaces d’expérience et de subjectivation dans un contexte culturel et social limité par les forces économiques. La notion d’autogestion, d’indépendance et de création collective est donc au centre de nos activités.

19h45 > « Intestines » par Mélanie Gobet
Durée 30 minutes | Public averti : comporte des scènes de nudité | Performance (CH)

Mélanie Gobet expérimente des pratiques performatives principalement hors-scène et in situ, en tant que chorégraphe et en tant qu’artiste solo. Elle collabore régulièrement avec différents musiciens, metteurs en scène et plasticiens. Dans son travail, elle place la relation du corps et du matériau au centre de ses recherches. Le matériau qui occupe son attention actuellement est le ballon de baudruche, mais elle est globalement intéressée par les changements d’état d’un objet. Souvent dépouillées, transparentes et contemplatives, ses performances gravitent autour des sujets de la sérialité, du protocole, de la trace. Intestines est une performance aérienne, soufflée sur fond de ballons de baudruche, mais dont le protocole et la rigueur sont terre- à-terre : des actions répétées qui mettent au défi le regard du spectateur face à une création « corps et décor » en mouvance. Référence au matériau utilisé de la performance, intestines reflète aussi ce qui se produit à l’intérieur : on y aborde quelque chose de la peau, quelque chose de la sensualité, quelque chose de la transformation, de la mise à nu.

20h30 > Concert performatif par Téo Lavabo
Durée 30 minutes | Tous publics | Musique, performance queer (FR)

Jauge maximale de 300 personnes par mesures sanitaires liées au COVID-19 - Port du masque recommandé.
Artiste protéiforme, Téo Lavabo se définit comme un artiste musical, mais il est aussi auteur et interprète, concepteur de ses costumes de scène, de ses clips vidéos et de ses mises en scènes... Avec un sens aigü de l’autodérision, il a réussi le pari de faire le buzz avec une chanson sur les applications de rencontre gay : « Comme Aladin si tu la frottes, sur un tapis je te pilote, et si tu me dis les mots bleus... » la suite vous la connaissez si vous avez suivi l’émisssion La France a un incroyable talent sur M6. Car, pourvu qu’il s’amuse avec son public, l’énergumène ne manque pas de culot. Il a su capitaliser sur son passage TV, et depuis il fédère autour de lui une communauté toujours grandissante d’amis, de fans et autres supporters via les réseaux sociaux.

Après « Caresse ma salopette », il vient de propulser son troisième single intitulé « Cocarine » sur Youtube, et devrais sortir un premier album d’ici la fin de l’année.

17h > « Allô la terre ? »

Présentation de travail des enfants ayant participé à la semaine artistique « Allô la terre ? », atelier animé par l’artiste Sara Mc Laren Durée 15 minutes | Tous publics | Déambulation performative dans le Jardin botanique alpin de Meyrin

 

*Programmation soumise à l'évolution des mesures sanitaires liées au COVID-19

ATELIER 27-31 JUILLET

Allô la terre ? 

 

La terre chauffe et se réchauffe. Tu le sens ?  Comment pourrions-nous l'aider ? Peut-être a-t-elle a besoin de plus de fleurs, d'arbres, de plantes, pour se rafraîchir ? Au cours de la semaine nous allons découvrir au sein de jardin alpin, îlot de verdure, les différentes façons de sentir ce que nous apporte la nature qui nous entoure. Nous deviendrons eau, arbres, ombres. Par le mouvement et les arts performatives les enfants pourront explorer leur relation à la nature dans la ville, et se questionner autour des changements climatiques par le jeu et leurs sensations. 

 

Pour des enfants de 5 à 8 ou 9 ans. 

Inscription ville de meyrin, pas encore à disposition.

Sara McLaren

E-mail: laperformative@gmail.com